LA MENTALITE VIETNAMIENNE 4

Indiscrets et curieux
Les Vietnamiens sont-ils indiscrets et curieux? La réponse est sans hésitation: OUI! ! ! Mais ne seriez-vous pas vous-même avide d’informations sur le monde extérieur si votre pays était resté hermétiquement fermé pendant plus de 20 ans ?
La vérité, c’est qu’au Vietnam, les gens sont beaucoup plus grégaires et heureux de partager leur espace intime avec d’autres que nous le sommes devenus dans les pays développés, avec nos petites vies confortables et bien compartimentées.
Si cela peut vous consoler leurs voisins d’à-côté les intrigueront presque autant que vous. Cependant, si vous êtes terne, ennuyeux et sans aucun charisme, saisissez la chance de votre vie de devenir une star. Nombreux sont ceux qui regrettent cette attention lorsqu’ils quittent le Vietnam…

11 existe toute une série de questions que les Vietnamiens que vous rencontrez vous poseront assez systématiquement.
RESPIREZ PAR LE NEZ et tâchez de ne pas vous laisser exaspérer par ces éternelles questions – souvent assez personnelles – qui reviendront sans cesse. L’inquisiteur est en train de vous manifester un intérêt poli, et d’exécuter un rituel culturel et linguistique central qui demande un peu d’informations préalables (voir la partie 5 pour plus de détails).

Très brièvement, lorsqu’un Vietnamien, homme ou femme (et cela fait une différence) rencontre une autre personne, il ou elle doit choisir entre près de 27 (et des poussières) pronoms personnels juste pour être capable de dire « tu » (ou « vous ») et « je » en vietnamien. En fait, on se situe et l’on situe l’autre dans une famille imaginaire. Pour cela, il faut connaître l’âge et la situation de famille de l’interlocuteur. Évidemment, si l’on s’adresse à vous en anglais, français ou dans une autre langue, on n’a pas forcément besoin de toutes ces informations pour entamer le dialogue, mais les habitudes culturelles sont bien ancrées… et, puis, il faut bien parler de quelque chose!
Voici quelques-unes des interrogations classiques auxquelles vous serez soumis, avec des suggestions de réponses:
De quel pays venez-vous? (N’importe quel pays facile à reconnaître fera l’affaire.)
Où allez-vous comme ça? (Ce n’est pas la peine de donner une réponse trop philosophique, un sourire peut même suffire : il s’agit en fait d’une traduction littérale d’une expression vietnamienne qui pourrait se traduire par « Alors, ça va bien? »)
Quel âge avez-vous? (Honnêtement, ça vous fait combien? Rappelez-vous qu’au Vietnam on ajoute les neuf mois de la conception et que tout le monde gagne un an chaque année pour le Têt (nouvel an vietnamien)…. Cela ne vous rajeunit pas, hein?)
Etes-vous marié? (Toujours plus prudent de répondre par l’affirmative, à moins bien sûr que vous ne soyez en quête d’un peu d’action – ou que vous vouliez ouvrir un restaurant de nouilles pour les 20 ans à venir.)
Avez-vous des enfants? (La bonne réponse est « oui », en particulier si vous êtes une femme de plus de 25 ans. Mais vous pouvez toujours vous en tirer avec un « pas encore » vietnamien très utile.)

A voir: voyager au Vietnam | tour Ninh Binh | cat ba

Combien avez-vous payé ça? (Probablement trop cher, si vous l’avez acheté au Vietnam, mais vous pouvez toujours tenter un « Chut, c’est un secret! », ou « Désolée, je ne peux pas vous dire ; mon mari me tuerait! »)
Combien gagnez-vous par moisi (« Ca dépend », « Pas assez », « J’ai oublié », valent mieux que « 1000 dollars ». Pourquoi répondre de manière ostentatoire à des gens qui, même s’ils posent la question, gagnent probablement une fraction de ce que vous touchez! Ce n’est même pas la peine de vous lancer dans de grandes explications comme quoi en tant qu’étranger vous ne bénéficiez pas des mêmes tarifs: si vous avez de l’argent – et puisque vous avez voyagé jusqu’au Vietnam, vous en avez obligatoirement – c’est normal que vous payiez plus selon la logique locale.)

Pour finir, quelques petites choses à savoir, si vous recevez chez vous et que vous voulez ménager votre intimité:
• Si vous laissez des photos ou des papiers en évidence; ils seront très certainement inspectés et montrés à la ronde. Il n’y a rien d’impoli là-dedans.
• Si vous recevez des gens à dîner, on ira sûrement voir à la cuisine quelles spécialités étranges vous leur mijotez. (Faites donc la même chose – si l’on vous invite en retour après tout.)
Si votre femme est encore dans la chambre à la recherche de son soutien-gorge, demandez très clairement à vos invités de NE PAS partir en exploration, ou votre épouse pourrait avoir un choc de se retrouver nez à nez (façon de parler) avec une délégation interloquée.
Une amie française nous a raconté l’anecdote suivante, lors de premières vacances passées en France avec son mari vietnamien.
Ils étaient dans un camping quand, grand amateur de cartes, son mari remarqua un groupe de gens qui jouaient, assis sous l’auvent de leur caravane. Comme il l’aurait fait tout naturellement au Vietnam, après avoir bien sûr franchi les limites invisibles mais sacrées de leur emplacement territorial, il alla se planter derrière eux pour suivre la partie. Il reçut des regards tellement ahuris et hostiles, que le pauvre bougre finit par tourner les talons, sans avoir vu le premier pli…

Ponctualité
Dans l’ensemble, les gens sont relativement fiables et viendront à un rendez-vous à « un certain moment », même si c’est plus tôt que prévu:
AJUSTEZ-VOUS en conséquence, si cela ne vous convient pas vraiment.

En ce qui concerne les échéances à respecter, c’est une toute autre histoire! Tout prend toujours plus de temps qu’annoncé au départ. Une notion populaire qui peut, ou non, vous tirer d’embarras quand les délais commencent à se resserrer c’est la notion de ‘thoigian cao su, ou « temps élastique ».

• Les Vietnamiens étant plus axés sur les relations que sur la carrière, cela les avantage peut-être dans les relations publiques, mais pas dans la planification. Les mentalités sont surtout réactives, probablement un héritage de la guerre, de la pauvreté et des catastrophes naturelles, évoquant une existence au jour le jour faite de précarité et’d’un futur incertain. Mais comme beaucoup de choses au Vietnam, c’est en train de changer rapidement.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*