LA MENTALITE VIETNAMIENNE

Humeurs
On dit souvent que les Vietnamiens ne perdent jamais patience et ne s’énervent pas en public, ce qui serait vu comme fort déplacé, voire dégradant. C’est généralement vrai, mais jusqu’à une certaine limite. Au-delà de cette limite… eh bien, il vous arrivera, à l’occa¬sion, de voir des gens disjoncter et perdre complètement les pédales ! Lorsque l’irritation et la colère contenues sont finalement libérées, la soupape finit par sauter sous haute pression.

Ainsi, vous verrez probablement des gens devenir fous furieux après un accrochage mineur sur la route ou une situation similaire. Mais cela vous autorise-t-il à en faire autant ? Pas si sûr…
SOUVENEZ-VOUS qu aussi exaspérante soit la situation où vous vous trouvez :
• Vous n’avez peut-être pas tous les éléments en main pour en comprendre parfaitement les enjeux.
• Une partie du problème est probablement due à votre propre manque de connaissance de la langue du pays (tout le monde ne parle pas aussi bien anglais ou français que vous !)
• Il serait suicidaire de foncer tête baissée comme un éléphant dans un magasin de porcelaine… vietnamienne. À 80 millions de Vietnamiens contre 1, les chances ne sont pas en votre faveur.
• Si vous perdez votre sang-froid, autant accepter que vous avez perdu la partie. Vous vous sentirez peut-être mieux dans l’immédiat, mais vous avez peu de chances d’obtenir de bons résultats après votre explosion.
• Si, malgré tout, vous devez passer un savon à quelqu’un, évitez de le faire en public : laissez-lui toujours une chance de sauver la face.
• La discrétion est toujours la meilleure ligne de conduite à adopter : souriez, même si physiquement cela vous fait mal. Vous survivrez au moins une journée de plus pour vous battre…
NE BAISSEZ PAS LES BRAS cependant : continuez de poser des questions dirigées afin de vérifier et d’améliorer votre connais¬sance de la situation. L’information n’est pas toujours divulguée spontanément, mais si vous mettez le doigt sur la bonne question, vous pourriez peut-être éventuellement obtenir une réponse claire (voir dans la partie 5, notre section intitulée Oui, non ou peut-être ?)

A voir: voyage Vietnam circuit | excursion baie d’halong terrestre | cat ba baie d’halong

Industrieux, mais fatalistes
Les Vietnamiens sont sans aucun doute des gens industrieux dans un pays en pleine effervescence : partout où vous regardez, vous verrez des gens s’agiter et s’affairer. L’agitation comprend la réparation des routes, la construction des maisons, le travail sur terre ou sur mer. Les affaires vont bon train dans les marchés, les magasins, les bars, les cafés, les restaurants, les gargotes, avec les vendeurs de rue, les moto-taxis, les cyclos, les cireurs de chaussures ou autres qui ne manqueront pas de croiser votre chemin, et celui de tout un chacun !

NE PRENEZ PAS POUR ACQUIS que l’éthique du travail est forcément la même qu’en Occident : ce n’est pas le cas. Il est vrai que beaucoup de gens cumulent deux, voire trois emplois ou plus, et ils sont capables de se tuer à la tâche pour leur avancement ou celui de leur famille (ce qui revient au même dans cette culture). Mais travailler au service de quelqu’un d’autre est une autre paire de manches !
Commençons par parler du (gigantesque) secteur gouverne¬mental, qui est sûrement le cas le plus extrême.

GARDEZ EN TÊTE, lorsq ue vous achetez un billet de train, que vous postez un colis ou faites une réservation dans un hôtel d’état, que les fonctionnaires peu zélés qui vous servent ont peut-être de bonnes excuses. Ces postes ont progressivement perdu en prestige : les salaires se sont dévalués et l’idée d’un travail à vie est un peu passée de mode. Malheureusement, le service s’en fait gravement ressentir !

La grande majorité des enseignants sont employés par l’état — pour leur travail officiel du moins. On entend souvent cette blague parmi les professeurs : « Le gouvernement fait semblant de nous payer, nous faisons semblant d’enseigner, et les élèves font semblant d’apprendre. »
Les organes publics sont aussi organisés de manière très hiérarchique (en fait, très patriarcale, comme nous l’avons déjà mentionné). Cela signifie que seule une très petite minorité d’élus prend des décisions et est tenue responsable du travail. Au risque de généraliser un peu, la grande majorité restante a tendance à faire le strict minimum, et encore… Cette mentalité « du moindre effort » peut se révéler assez frustrante pour des occidentaux qui tentent de travailler ou de faire du commerce au Vietnam.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*