LES GUERRES 3

Les tunnels de Vinh Moc
Les passages font en moyenne 1,2 m de large sur 1,7 m de haut. Ils ont été creusés sur3 niveaux allant de 15 à 26 m de profondeur. Le niveau le plus profond était utilisé par les Vietcongs.
Les familles occupaient de petites alcôves percées de part et d’autre des passages. Le complexe comprenait une salle de réunion centrale capable d’accueillir 150 personnes. Après l’électrification des tunnels en 1972, elle fut transformée en salle de cinéma.
On raconte aussi que 17 enfants sont nés dans la clinique souterraine.
La piste Hô Chi Minh
Ce que l’on a appelé Difùiiy l ncùnh Son ou piste Hô Chi Minh, était en réalité un vaste réseau de routes, de chemins et sentiers qui changeaient de cours en fonction de la saison, de la progression des bombes et des hostilités. Cette piste était utilisée par les forces révolutionnaires pour aller approvisionner et armer les troupes du Sud. Parallèle à la côte vietnamienne, elle courait dans la chaîne des montagnes Truong Son, en faisant un large détour par le Laos et le Cambodge.
Des dizaines de milliers de soldats vietnamiens ont perdu la vie en construisant, en défendant ou en utilisant cette voie vitale d’approvisionnement.
À l’heure actuelle, une nouvelle autoroute est en construc¬tion au Vietnam. Elle reliera l’ensemble du pays en suivant quasiment le même parcours que cette piste historique. Pour l’instant, on peut emprunter certains tronçons de la piste originale à partir de la DMZ ou des Hauts Plateaux.
Où sont passés tous les déchets?
Il y a dix ans, la campagne vietnamienne était encore truffée de débris de guerre en train de rouiller. De nos jours, certains sont confinés dans quelques sites isolés ou montrés dans les musés.
Mais la plupart ont été envoyés au recyclage dans les aciéries de Long Binh dans le Sud, et Hoa Binh, dans le Nord. Ils ont ainsi participé à la reconstruction du Vietnam : ce sont aujourd’hui des assiettes, des poutres ou des tiges en métal.
D’autres ont été envoyés à l’étranger sous forme de lingots de métal rachetés par d’anciens ennemis comme la Corée, Taiwan ou le Japon, et ils reviennent vers leur terre natale reconvertis en Toyota, boîtes de conserve ou matériel électronique.
Après avoir creusé toujours plus profond pour trouver les derniers débris restants, la plupart des chercheurs de métal sont maintenant partis tenter leur chance au Laos ou au Cambodge.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*