PLUS SUR L’ESPRIT VIETNAMIEN 3

Timidité et sourires
Les jeunes, et particulièrement les jeunes filles, apparaissent souvent douloureusement timides à l’oeil étranger.
SACHIEZ cependant que c’est en grande partie le produit de valeurs traditionnelles confucéennes: la timidité est vue comme une forme extrême de respect et elle est culturellement inculquée comme une vertu. La vue d’une jeune femme se cachant timidement derrière ses mains avec de légers gloussements ne manque pas de charme… Mais préparez-vous à un choc quand vous l’entendrez s’adresser à ses collègues ou donner des ordres à sa petite soeur!

Les sourires sont plus compliqués: c’est vraiment une caractéristique très typique. Les gens vous souriront partout où vous allez. Ce qui rend le tout premier contact au Vietnam beaucoup plus agréable, disons … qu’en Pologne (nos excuses aux Polonais !). Cependant, RETENEZ que les Vietnamiens sourient dans de nombreuses situations où des Occidentaux (ou même des Chinois ou d’autres asiatiques), n’y songeraient pas une seconde.

L’un des auteurs de ce livre se souvient encore de l’une de ses premières rencontres à bicyclette avec le trafic vietnamien, qui faillit bien lui être fatale. Échappant de justesse aux roues meurtrières d’un camion et se retrouvant nez à nez avec le conducteur, il réagit d’une façon fort peu orientale, l’accablant de jurons dans la première langue lui venant a l’esprit. Suivant l’ordre local des choses, la responsabilité d’éviter la collision revenait entièrement au cycliste ; il n’y avait pas à attendre d’excuses, lesquelles ne sont d’ailleurs jamais venues. La seule réaction du conducteur fut un sourire figé, dénué d’humour et plein de dents. Pas un sourire de sympathie, ni de dérision : simplement une réaction instinctive en réponse à une situation inattendue et embarrassante provoquée par un étranger vraisemblablement .cinglé.

En règle générale, les Asiatiques ont une façon très différente de manifester leurs émotions. Par exemple, l’embarras ou la gêne sont accompagnés de sourires et d’expressions compatissantes, qui contrastent grandement avec notre façon à nous de regarder nos pieds, la mine basse, dans une situation similaire. Il faut bien un certain temps avant de s’y faire, même si intellectuellement on a déjà intégré ce comportement.

Bien que parfois déroutants et impénétrables, les sourires vietnamiens illumineront souvent votre journée. Si vous vous promenez à la campagne en fin de journée, à l’heure où le soleil commence à se coucher, et où les travailleurs rentrent des champs, à pied ou à vélo, fourbus après de longues heures de dur labeur… votre route sera partout pavée de sourires radieux d’enfants et d’adultes vous saluant au passage. Vous vous sentirez soudain terriblement important, tel un souverain acclamé par la foule… et vous aurez les muscles endoloris à force de sourire et d’agiter le bras !

A voir: Vietnam voyages | excursion baie de halong terrestre | jonque cat ba

Il existe quand même une exception notable à la réputation affable des Vietnamiens. Les sourires ne sont certainement pas fournis avec la panoplie du parfait fonctionnaire. Si vous parvenez à arracher un sourire à un employé de banque, à la caissière de la poste ou au guichetier de la gare, estimez-vous TRES heureux !

L’entêtement
L’histoire parle d’elle-même !
L’entêtement est élevé au rang de vertu nationale dans ce pays. Pensez à cet entêtement contre les Américains il y a 30 ans, contre les Français, il y a 50 ans, et contre les Chinois depuis la nuit des temps ! Les Vietnamiens sont à juste titre fiers de leurs records inégalés de résistance face à la domination étrangère et restent de façon bien compréhensible très sensibles à la question. En tant qu’étranger, donner des ordres à un habitant du pays peut demander un certain doigté culturel, en particulier si vous souhaitez obtenir des résultats !
SOUVENEZ-VOUS qu’un Vietnamien affichera rarement son désaccord de façon ouverte ou par un « non » catégorique. Neuf fois sur dix, on vous dira « oui-oui-oui » avec un grand sourire… et ensuite on n’en fera qu’à sa tête. C’est aussi simple que ça !
APPRENEZ DES EXPERTS: lorsque vous êtes sur le point d’exploser « Jamais de la vie ! », mordez-vous la langue et dites « ou-i-i ». Culturellement, il est peu judicieux de refuser n’importe quoi de but en blanc. Quoi qu’il arrive, votre ouverture, c’est « oui », ce qui vous laisse amplement le temps de mettre au point une bonne excuse, de tout oublier, ou de faire tout le contraire de ce qui a été convenu.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*